G.R.A.S.L.

G.R.A.S.L.

G.R.A.S.L.

G.R.A.S.L.

G.R.A.S.L.

G.R.A.S.L.

G.R.A.S.L.

G.R.A.S.L.

G.R.A.S.L.

Groupement Régional d'Action Sanitaire du Limousin

Groupement Régional d'Action Sanitaire du Limousin

Groupement Régional d'Action Sanitaire du Limousin

Groupement Régional d'Action Sanitaire du Limousin

Groupement Régional d'Action Sanitaire du Limousin

Groupement Régional d'Action Sanitaire du Limousin

Groupement Régional d'Action Sanitaire du Limousin

Groupement Régional d'Action Sanitaire du Limousin

Groupement Régional d'Action Sanitaire du Limousin

La Charte des Bonnes Pratiques d'Elevage

Accueil 

Les Sociétés

Nous contacter  Les Partenaires  Les Manifestations  La Météo 
  • S'engager dans une démarche de progrès
  • La rigueur est dans le pré
  • Il est nécessaire d'adhérer
  • La tenue du carnet sanitaire, un point important de la Charte

 

 

 


CHARTE DES BONNES PRATIQUES D'ELEVAGE : S'engager dans une démarche de progrès



La Charte des Bonnes Pratiques d'Elevage (CBPE) est accessible à tous les éleveurs de bovins et traduit leur engagement à respecter des bonnes pratiques de production tout en valorisant leur savoir-faire auprès des consommateurs. Mise en place par la profession, à l'initiative de la Fédération Nationale Bovine et la Fédération Nationale des Producteurs de lait, la Charte regroupe aujourd'hui plus de 120 000 éleveurs adhérents en France dont plus de 6 600 en Limousin.

 


LA RIGUEUR EST DANS LE PRE :


 

 

 

1000 éleveurs adhérents à la Charte se sont réunis le 27 septembre 2005 sous la Tour Eiffel pour former une immense Carte de France humaine sous l'objectif de Thierry des Ouches. Cette journée avait pour objectif de parler des pratiques professionnelles, des savoir-faire des éleveurs, souvent mal connus du grand public.

 


IL EST NECESSAIRE D'ADHERER


 

L'adhésion est d'autant plus urgente pour les éleveurs que de nombreux partenaires soutiennent la Charte :

Elle constitue le socle des démarches qualité de la filière laitière.

Le complément de prime à l'abattage (PAB) est majoré de 66% pour les adhérents à la CBPE en 2005. Il faut avoir adhéré avant de déposer sa demande de complément de prime, et le signaler sur chaque bordereau de demande d'aide.

 

 

 

 

L'interprofession de la viande associe maintenant la marque « Boeuf de Tradition Bouchère », comme la marque « Race à Viande » à l'adhésion à la Charte . Seuls les éleveurs adhérents pourront valoriser des animaux dans ces filières.

 

La charte constitue le socle élevage de l'Agriculture Raisonnée, c'est donc un premier pas dans cette direction.

 

Avec la Charte des Bonnes Pratiques d'Elevage, l'éleveur s'engage sur 7 aspects fondamentaux de son métier :
1. Je garantis la parfaite traçabilité de mes animaux sur mon exploitation
2. Je garantis la qualité sanitaire de mon cheptel
3. J'assure la traçabilité des traitements sanitaires appliqués à mes animaux
4. Je garantis à mes animaux une alimentation saine et équilibrée et tracée
5. Je garantis par mes pratiques l'hygiène de la production laitière
6. J'assure à mes animaux de bonnes conditions d'hygiène et de bien être
7. Je participe à la protection de l'environnement


 CONCRETEMENT, L'ADHESION A LA CHARTE SUIT LE PROCESSUS SUIVANT :

 

En premier lieu, vous devez auto-évaluer vos pratiques et remplir une grille d'auto-évaluation .
 Pour faire valider votre auto-évaluation vous devrez ensuite faire appel à un OPAV (Organisme Professionnel d'Accompagnement et de Validation, la plupart des organismes d'élevage sont des OPAV qui disposent de techniciens agréés pour intervenir dans le cadre de la Charte). Parlez en à votre technicien habituel.
Le technicien viendra alors réaliser une visite de validation, au cours de laquelle vous parcourrez ensemble l'exploitation, discuterez des pratiques contenues dans la Charte et consulterez les documents de l'élevage. Le technicien vous indiquera pour chaque rubrique de la Charte si vos pratiques vous permettent d'y adhérer (éventuellement avec des marges de progrès).
Vous définirez enfin ce à quoi vous vous engagez pour progresser, et les délais que vous envisagez. En fonction des résultats de l'évaluation avec le technicien, il vous sera proposé d'adhérer ou de différer votre adhésion.
L'ensemble de ces éléments sera formalisé sur la grille d'auto-évaluation, dont un exemplaire restera en votre possession.

 


LA TENUE DU CARNET SANITAIRE
UN POINT IMPORTANT POUR LES ELEVEURS, C'est dans la Charte


 

 


 

Enregistrer l'utilisation des médicaments vétérinaires est obligatoire depuis un arrêté ministériel du 5 Juin 2000. C'est le pivot central du Registre d'Elevage. Le décret n° 2004-757 du 22 Juillet 2004 rend l'éleveur et le vétérinaire passibles d'une amende de 5ème classe (1 500?) pour « le fait de ne pas le tenir ni le mettre à jour ».

Le carnet sanitaire sert à l'éleveur et au vétérinaire qui y notent toutes les interventions, que ce soit sur un animal ou un lot.
Tenir un carnet sanitaire, c'est assurer la traçabilité et la transparence des interventions sanitaires, et rassurer ainsi le grand public sur les bonnes pratiques d'élevage. Mais enregistrer les traitements cela permet aussi d'en assurer l'efficacité.

 

Un enregistrement des traitements complet et régulier peut permettre à l'éleveur ou au vétérinaire de mieux comprendre et remonter à la source d'éventuels problèmes sanitaires, d'identifier des solutions, de suivre sur le long terme l'état sanitaire de chaque animal, de renforcer la bonne utilisation des médicaments et ainsi d'optimiser les coûts de traitement.

La tenue du carnet sanitaire est l'une des exigences de la Charte des Bonnes Pratiques d'Elevage qui permet d'être en conformité avec la réglementation, et d'analyser plus finement la situation sanitaire de son troupeau.

 

Pour tous renseignements, contactez le GRASL au 05.55.04.64.00